Tatouage à Toulouse

Thalia fait partie de l’équipe depuis la première boutique. Aujourd’hui elle vous accueille dans le salon de tatouage “Sorry Dad” pour vous renseigner, vous accompagner et réaliser votre projet tatouage.
Elle travaille les tatouages d’inspirations japonais, mais aussi le floral et la ligne fine. Passe la rencontrer.

Thalia Tatoueuse à Toulouse

Thalia est la maman de la Sorry Family. Elle vous parlera forcement de son adorable petit garçon…  Que ça vous plaise ou non, comme toutes les mères aiment à le faire. Mais même maman, Thalia évolue depuis son adolescence dans des milieux rock alternatif.

Elle est à fortiori en souffrance chez Sorry Dad, avec sa playlist à 50% hip-hop. Les plus mauvaises langues diront que c’est dû à son âge … Et bien oui, elle a connu le soudage d’aiguilles à l’ancienne et les stencils collés au déodorant Axe. Une autre époque!

Thalia découvrit très vite les tatouage qu’arboraient les (vrais) mauvais garçons. Elle qui évolua dans le mouvement skin et punk des années 80, elle tomba sous le charme des motifs tatoués sur les mains, le visage et le cou, qui impressionnaient le reste du monde.

L’un de ses premier tatouage était déjà une grosse pièce qui lui recouvre intégralement mollet. celui-ci est un motif asiatique, mais vous le comprendrez vite en la rencontrant qu’elle est passionné par le Japon et sa culture, notamment les tatouages.
Lors d’un voyage au Japon et plus précisement à Tokyo, Thalia eu la chance de passer sous les aiguilles d’Horitada.
Comme vous l’aurez deviné, la plupart de ses créations sont librement inspirées de grands maîtres de l’estampe japonaise tels que Kunisada, Okusai et Koniyoshi. Elle aussi aussi une grande passionnée de peinture, c’est pourquoi elle admire le travail d’artistes tels que Mike Dorsey qui marie parfaitement tradition et modernité en proposant des peintures (et des tattoos) en mode Japonais 2.0 .
Elle admire le travail sur la lumière des impressionnistes et certaines œuvres de Munch, Klimt ou Du Caravage pour ne citer qu’eux mais s’inspire tout aussi bien des illustrations de Rebecca Dautremer et de Benjamin Lacombe.

Graphiste print dans un bureau de style, elle se tourne ensuite vers la communication digitale et c’est en répondant à une annonce de stage qu’elle croise la route du patron du “Sorry Family Tattoo Club” Max Toyer qui deviendra par la suite son mentor puisqu’il lui offrira l’opportunité jusque la inespérée de passer derrière la machine.

“Tatouer rend libre.”

Thalia

Son choix musical:

tatouage toulouse
Tatouage-toulouse-5
Thalia-5
tatouage toulouse
tatouage toulouse
Tatouage-toulouse
Thalia-1
tatouage toulouse
tatouage toulouse
tatouage toulouse
Tatouage-toulouse-8
Thalia-7
Tatouage-toulouse-9
Tatouage-toulouse-1
tatouage toulouse
tatouage toulouse
Thalia
Thalia-tatouage